Loading...
Conférence d'Art et d'Histoire
Jeudi 25 octobre 2018
18h30
20h00
Par Christian Loubet

Achetez vos places

ok_20181025_turner.jpg

Maison des Associations - Nice Garibaldi

Le romantisme figure dans les flots la force du destin. Géricault cristallise cette moderne allégorie dans le « Radeau de la Méduse » (1819). Par ailleurs Caspar David Friedrich voit dans l’horizon marin la démesure de l’infini et s’abîme dans la contemplation de « l’âme du monde ». Turner plonge dans une mer fuligineuse d’où les formes émergent à peine. Plus tard, Monet analyse la structure intime de la matière en traquant à la surface de l’eau le flux et le reflet. D’abord inquiétante la mer fut apprivoisée : les plasticiens y virent alors le lieu du loisir. Les Baigneuses  (Renoir, Picasso) remplacèrent les Sirènes (Moreau, Mossa). Mais d’étranges images continuent de suggérer la réminiscence d’une immersion originelle (Magritte, Dali, de Staël). Œdipe et Narcisse succèdent à Ulysse et Jonas !

maofbcalmhhkejao.jpg
jean_louis_theodore_gericault_-_la_balsa_de_la_medusa_museo_del_louvre_1818-19.jpg

infos

Réservation :