Loading...
{ En Aparté }
Jeudi 21 juin 2018
18h30
21h

Achetez vos places

exposition_dete_villa_cameline.jpg

Au programme 

Visite de l’exposition d’Alex Amann et Ralf Marsault
Cocktail
Concert du trio de jazz 37.3 (batterie, contrebasse, piano)

Créée à l'initiative de particuliers, Hélène et François Fincker, la MAISON ABANDONNÉE a été inaugurée en 2003.
construite au début du siècle dernier, elle a été abandonnée pendant une quinzaine d’années. Taguée, squattée, elle est actuellement conservée dans l’état et les artistes qui y exposent doivent s’adapter à cet environnement particulier aux antipodes de la white box. Sa vocation est de promouvoir les différentes formes de la création actuelle au travers la présentation d’expositions temporaires. Expositions monographiques mais aussi projets thématiques, la MAISON ABANDONNÉE [VILLA CAMELINE] invite des commissaires indépendants et des artistes à explorer la diversité des champs de la recherche artistique actuelle. L’objectif est de provoquer et proposer des expériences de l’art à travers la diversité des approches, des démarches et des pratiques.
Au rythme de 3 à 5 par an, les évènements se déroulent du mois d’avril au mois d’octobre.

ALEX AMANN – RALF MARSAULT
DIALOGUE DE FORMES, FORMES DE DIALOGUES

L’exposition veut initier un dialogue entre le travail de deux artistes, le peintre Alex Amann et le photographe Ralf Marsault. En suivant les différentes thématiques de la présence humaine (avec des portraits, des compositions et nus), de la présence des choses dans leurs dimensions formelles et symboliques (avec les natures mortes), et des questionnements sur la représentation de la réalité (avec le paysage), l’exposition montre comment des échos formels résonnent entre les peintures et les photographies.
Dialogue également avec le lieu et ses particularités architecturales grâce aux thématiques du vivant et de l’inanimé des peintures et photographies de deux artistes qui symbolisent ainsi ce double état dans lequel est la Villa Cameline, présente ici et maintenant, mais aussi arrêtée dans le temps et son histoire.
L’exposition s’articule ainsi autour d’une dimension intime des œuvres, ainsi que sur le rapport entre les deux techniques: la photographie qui renvoie plus, à première vue, à un rapport avec le monde réel environnant (même si elle est bien entendu également une matérialisation du monde de son auteur) et la peinture qui est plus centrée sur une interprétation du réel.

infos

Réservation :