Loading...
Conférence-Concert
Dimanche 08 mars 2020
16h
L’art de Jules Chéret, de l’affiche au décor
cheret.jpg

Conférence :

L’affiche créée par Jules Chéret (1836-1932) pour le spectacle mis en musique par Jacques Offenbach (1819-1880) est représentative d’un style et d’une époque. Les deux hommes ont entamé leur collaboration sous le Second Empire, en 1858, à l’occasion du lancement de l’opéra-bouffe Orphée aux Enfers, immense succès public malgré une réception critique négative. L’artiste dessine alors pour la publicité depuis une décennie, mais il s’est spécialisé dans la réclame pour les nombreux spectacles parisiens ; son lettrage, le dynamisme de l’image, la représentation d’une femme érotisée rendent ses œuvres très reconnaissables. Offenbach, lui, arrive à la fin d’une brillante carrière qui a connu un pic dans la seconde moitié des années 1860, puis un coup d’arrêt dû à ses origines germaniques lors de la guerre franco-prussienne de 1870. Chéret, Offenbach, son théâtre de la Gaîté sont des personnages majeurs de la fête parisienne. Rythmée par les expositions universelles et surtout les salons et les revues, elle se développe dans de multiples salles de spectacles qui éclosent dans toute la capitale. Fondés sur l’alternance de tableaux et de numéros musicaux, les différents genres livrent au public parisien avide de nouveautés toujours plus de décors flamboyants, de figurants, d’effets spéciaux, d’idoles féminines.

Par Joël Scholtès

Maître de conférences associé à l’Université de Nice Sophia Antipolis

Concert :

Une gaieté parisienne

Airs et duos d'opéras-bouffes et autres oeuvres de Jacques Offenbach

programme provisoire en cours d'élaboration, susceptible de modifications

AIRS

  • « Je suis veuve d'un colonel », La Vie parisienne (1866)
  • « Dis-moi Vénus », La Belle Hélène (1864)
  • « Amours divins », La Belle Hélène (1864)
  • « Ah ! Quel dîner je viens de faire », La Périchole (1868)
  • « Ah que j'aime les militaires ! », La Grande-Duchesse de Gérolstein (1867)
  • « A cheval sur la discipline », La Grande-Duchesse de Gérolstein (1867)
  • « Dans cette ville toute pleine », La Vie parisienne (1866)
  • « Pardieu ! C'est une aimable charge », La Jolie parfumeuse (1873)
  • « Dans une cave obscure », Madame Favart (1878)


DUOS

  • « Duo de la mouche », Orphée aux enfers (1858)
  • « L'Amour, c'est une échelle immense », La Vie parisienne (1866)
  • Extraits de « La Vie parisienne » (1866)

Les interprètes :

Marie-Caroline Kfoury, Soprano lyrique

commence sa formation auprès de Julio Pardo, ténor à l’opéra de Madrid. De retour en France après deux ans passés en Espagne, elle obtient le diplôme des Maîtres du chant français (niveau supérieur) et entre au conservatoire Charles Munch de Paris où elle étudie la technique vocale auprès de Fusako Kondo et l’opérette auprès de Nicole Broissin. Parallèlement au conservatoire, elle étudie théâtre et musique à l’Université Paris 8 où elle obtiendra une licence de musicologie. Afin de perfectionner sa technique vocale et agrandir son répertoire, elle part en Italie suivre les cours de L’Accademia Chiggiana de Sienne, de l’Accademia d’Arte Lirica di Osimo et du Conservatoire Santa Cecilia de Rome. Elle suivra les masterclass de Raina Kabaivanska, Anita Cerquetti, Viorica Cortez et récement de Teresa Berganza à l’Académie internationale de Villecroze.

Sur scène, Marie-Caroline a interprété les rôles de la Comtesse dans Les Noces de Figaro, Donna Anna et Donna Elvira dans Don Giovanni de Mozart. Michaela dans Carmen de Bizet, Mimi dans La Bohème de Puccini, Marguerite dans les Scènes de Faust de R. Scumann, Saffi dans Le Baron Tzigane, Rosalinde dans la Chauve-Souris de J.Strauss…

Elle interprète également beaucoup d’oratorios comme la Petite Messe Solennelle de Rossini, le Requiem de Dvorak, la Grande messe en ut mineur et l’Ecxultate Jubilate de Mozart, les Stabat Mater de Pergolèse et Poulenc, La Passion selon St Jean et le Magnificat de Bach.

Pierre Jamar, Baryton basse

Trompettiste de formation, Pierre Jamar perfectionne le chant lyrique à l'Académie de Musique de Monaco dans la classe de Marie-Anne Losco, après y avoir obtenu son Diplôme d'études musicales en 2017. Membre du Choeur Régional PACA de 2001 à 2008 (dir. Michel Piquemal), il explore le répertoire d'oratorios avec les orchestres professionnels de la Région Sud, de La Grande Messe en Ut de Mozart à la Passion selon Saint-Matthieu et le Magnificat de Bach en passant par L'Enfance du Christ de Berlioz et les Requiems (Mozart, Verdi...). Il participe aux enregistrements en 2006 des Messes brèves en sol majeur et ré mineur de Mozart avec la Maîtrise de Nîmes (dir. Vincent Recolin) à la Cathédrale d'Uzès, puis en 2009 d'une Anthologie de la Musique Sacrée à Monaco à la Cathédrale de Monaco sous la direction d'Olivier Vernet. En 2010, il interprète l'Abbé Bridaine dans Les Mousquetaires au Couvent de Vernay sous la direction artistique de Gabriel Bacquier à Monaco. Il participe régulièrement aux productions de l'Ensemble Baroque de Monaco (dir. Matthieu Peyrègne), aux programmations musicales de « Vu pas Vu » et aux saisons des « Confé-concerts », comme récemment avec Les Noces de Figaro (Mozart) où il est Bartolo.

Bruno MEMBREY, pianiste

Lauréat de la Fondation Yehudi Menuhin, Bruno Membrey, pianiste et contrebassiste originaire de Douai, a fait ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en classes d’écriture tout en travaillant la direction d’orchestre avec Louis Fourestier et Pierre Dervaux.

Chef de chœurs stagiaire à l’Opéra de Paris, il débute comme chef d’orchestre en 1980 au Théâtre Mogador à Paris puis dirige les orchestres : Nationaux de Lille et de Bordeaux Aquitaine, Opéras de Reims, Toulon, Avignon, Massy, Royal de Wallonie, Philharmonique de Saarbrücken, Radio de Francfort, Pays de la Loire, Radio de Sofia, « Viva Musica » de Moscou, Symphonique de Berlin, Radio de Bratislava, Philharmoniques de Marseille, de Nice, du Maroc, Radio de Varsovie, Opéra de Chine, Shanghai… Parallèlement, Bruno Membrey mène une carrière de pianiste accompagnateur. Il s’est produit notamment avec les violonistes Vanessa Mae et Vasko Vassilev, le violoncelliste Marc Coppey, le flûtiste Patrick Gallois, le flûtiste de pan Gheorghe Zamfir, le trompettiste Guy Touvron, la soprano Nathalie Manfrino, la mezzo-soprano Karine Deshayes, le baryton Alain Fondary… On a pu l’entendre en soliste dans la Rhapsody in Blue de Gershwin avec l’Orchestre National de Bordeaux-Aquitaine, dans le Concerto de Grieg avec l’Orchestre de Douai… Officier des Palmes Académiques, Bruno Membrey a été Directeur du Conservatoire et Directeur Artistique du Théâtre de Tourcoing.

ok20200308_cheret_offenbach.jpg
4779701444_efabb9898e_b2.jpg
orphee_adv.jpg
170a9024.jpg

infos

Réservation :