Loading...
Conférence-Concert
Dimanche 29 novembre 2020
16h
johannes-vermeer-la-lecon-musique-1662-1664_1_730_506.png

Les rapports secrets entre les différents types d’expression artistique sont source inépuisable de satisfactions. Ainsi en va-t-il de la rencontre attirante et subtile, lumineuse à bien des égards, entre Johannes Vermeer, peintre délicat s’il en fut, et cette musique qu’il nous illustre par l’intermédiaire de scènes de musiciens et musiciennes énigmatiques. En consacrant huit au moins de ses tableaux - sur un corpus qui n’en compte guère plus d’une trentaine - à des atmosphères emplies de ces réalités sonores, Johannes Vermeer (1632-1675) nous invite à découvrir la musique de son temps. Un programme suggéré par les instruments de l’époque, au premier titre desquels le clavecin ou virginal et la viole de gambe.

L’œuvre de Vermeer, fondée sur une élaboration rigoureuse de la perspective, créant des effets de profondeur quasi photographiques, caractéristiques de la « camera obscura », une grande maîtrise du traitement de la lumière et de l’espace et sur une combinaison savante d’un nombre restreint d’éléments et de couleurs. La peinture, objet investi de ses préoccupations artistiques, est pour lui « cosa mentale », dans la tradition du noble art.

De l’énigmatique portrait de ‘La jeune fille à la perle’ à la représentation sibylline des scènes de genre, la peinture de Vermeer, intime et secrète, continue de nous intriguer par la grâce indicible de sa touche poétique e la maturation virtuose de ses compositions. Mais comment parvenir à déchiffrer cette vision singulière de l’espace privé fait d’intériorité, de silence, d’instants suspendus en une troublante ambivalence entre réalité et allusion ?

La musique a souvent inspiré Vermeer, avec des tableaux toujours associés à la grâce féminine comme des joueuses de virginal. Nom anglais le virginal, au 17ème désigne un instrument à clavier et à cordes pincés de la même famille que l'épinette et le clavecin.

A Amsterdam au XVIIe siècle un compositeur Jan Pieterszoon SWEELINCK laisse une oeuvre musicale importante et variée pour le clavecin et l'orgue. Nombreux musiciens anglais et allemands suivront son enseignement et se sont formés auprès de ce grand compositeur néerlandais.

Programme:

Sweelinck : ballo del GranDuca pour clavecin

Buxtehude : sonate pour viole de gambe et basse continue : suite pour clavecin seul

Schenk : Sonate pour viole de gambe et clavecin

Elisabeth Rogers's virginal Book (1656): Hornpipe et autres pièces pour clavecin

W.Byrd "My lady Nevells virginal BooK » extraits

C.Simpson Divisions upon a ground pour viole et B.C

infos

Réservation :